Les métiers de la traduction ont le vent en poupe, et intéressent de plus en plus de jeunes diplômés. Soucieux de se lancer dans la vie professionnelle ou de se reconvertir, nombreux sont les professionnels désireux de saisir cette opportunité.

Le métier de traducteur consiste à effectuer des traductions, en transposant des textes d’une langue à une autre. Qu’il s’agisse d’un roman, d’un article de presse, d’un travail universitaire ou de toute autre forme de contenu, ce métier nécessite une grande rigueur et exhaustivité dans le choix des termes et du sens donné aux mots.

La profession regorge de nombreuses opportunités, et fait appel à des profils variés. Nombreux sont ceux désirant exercer à leur propre compte, pour acquérir davantage de liberté dans le choix des missions et l’organisation au quotidien.

Vous souhaitez vous lancer dans l’aventure ? Suivez le guide !

Il est tout à fait possible de travailler dans la traduction en étant freelance.

Quelles sont les missions d’un traducteur freelance ?

Le métier de traducteur freelance est particulièrement large, et peut couvrir de très nombreux types de missions. Le traducteur propose ses services à des entreprises privées, publiques ou à des particuliers, pour répondre à des besoins variés.

Ses missions sont variées :

  • Il traduit un texte d’une langue à une autre en garantissant la fidélité du texte traduit par rapport à son original, sur le fond comme sur la forme
  • Il relit un texte pour s’assurer de son exactitude sur le plan grammatical et orthographique
  • Il convertit des normes juridiques, dans le cas de la traduction assermentée
  • Il peut réaliser des missions de recherche linguistique, pour trouver un nom français à un autre issu d’une autre langue
  • Il peut mettre en ligne son propre texte sur le web

Quels sont les diplômes ou formations nécessaires pour devenir traducteur freelance ?

Le métier de traducteur n’est pas réglementé en France. Ainsi, aucun diplôme spécifique n’est obligatoire pour accéder à la profession. En revanche, il est nécessaire de justifier d’un bon niveau de langue pour convaincre vos prospects, et développer votre activité.

L’INALCO, l’ISIT, l’ITIRI et l’ESIT sont les établissements les mieux réputés pour délivrer une formation de traducteur reconnue sur le marché.

Comment choisir votre statut juridique ?

Nous vous recommandons de choisir parmi les statuts juridiques suivants :

  • L’EIRL (Entreprise individuelle à responsabilité limitée). Comme son nom l’indique, l’entrepreneur n’est responsable qu’à la hauteur du montant de ses apports en capital au sein de l’entreprise. Son patrimoine personnel est protégé en cas de mauvaises affaires, et ne peut être utilisé pour recouvrer une éventuelle créance.
  • L’EURL (Entreprise universelle à responsabilité limitée). Elle cumule le même avantage que l’EIRL, mais son dirigeant est considéré comme travailleur indépendant. Il bénéficie d’un régime de protection sociale spécifique, moins performant que celui des salariés.
  • La SASU (Société par actions simplifiée unipersonnelle) est particulièrement souple. Son fonctionnement quotidien est fixé dans les statuts. Le Président de la SASU est rattaché au régime général de la sécurité sociale.
  • Le statut micro-entrepreneur est particulièrement simple à créer, à gérer et à dissoudre. Vos cotisations sociales sont calculées sur la base du chiffre d’affaires brut réalisé. Ce dernier est plafonné à 176 200€ pour les activités d’achat-revente et 72 500€ s’il s’agit de prestations de service.

Quels clients faut-il cibler ?

La typologie de clients à cibler dépend de votre spécialisation au sein de la profession. On distingue plusieurs types de traducteurs.

Les traducteurs littéraires sont en charge de traduire des œuvres de la littérature (romans, essais, contes, livres de cuisine, etc.) Une connaissance plus ou moins raffinée de la langue est nécessaire pour adapter son ton en fonction du public cible. Leurs clients sont essentiellement des maisons d’édition ou des entreprises privées.

Le traducteur technique est davantage spécialisé dans la traduction de documents officiels (circulaires, règlementations, diplomatiques, médicaux, etc.) et travaille généralement en collaboration avec les pouvoirs publics.

Enfin, le traducteur assermenté est en capacité de traduire des textes de lois. Sa formation spécifique lui confère la capacité de traduire tous types de documents pour le compte des pouvoirs publics, y compris ceux revêtant des enjeux stratégiques importants. Cela est également applicable aux actes notariés ou de l’état civil.

Enfin, un détail est trop souvent négligé dans la perspective de susciter la confiance de nombreux prospects : afficher une adresse de siège social valorisante.

Pour se faire, rien de mieux qu’une société de domiciliation !

Vous pourrez :

  • Bénéficier d’une adresse prestigieuse située dans les meilleurs arrondissements de Paris ou des principales métropoles françaises. Cela protège également votre vie privée en n’affichant pas publiquement l’adresse de votre logement personnel en guise de siège social.
  • Alléger considérablement votre quotidien en bénéficiant d’un secrétariat téléphonique, de la gestion quotidienne de votre courrier, d’une assistance administrative et juridique, de la location de salles de réunion, etc.
  • Réduire votre imposition en choisissant stratégiquement une commune faiblement imposée à la CFE (Contribution Foncière des Entreprises).

Grâce à SeDomicilier, obtenez votre attestation de domiciliation en moins de 5 minutes, au cours d’un processus 100% en ligne. Il s’agit véritablement de l’alternative idéale au choix de votre domicile personnel ou à la location d’un local professionnel. En plus, tous vos services sont ensuite disponibles dans un bureau virtuel personnalisé et sécurisé !