Le dynamisme entrepreneurial en France n’a pas souffert de la crise de la Covid-19 : en 2020, le nombre total de créations d’entreprises en France a atteint un nouveau record avec près de 850 000 créations, soit une augmentation de 4% par rapport à 2019.

Cette hausse est majoritairement portée par le dynamisme des micro-entreprises, ex auto-entreprises (+9%). Pour créer et lancer une société (SAS, EURL, EIRL, SARL, etc.), les entrepreneurs doivent respecter une procédure officielle très encadrée.

Découvrons ensemble toutes les étapes clés à connaître pour la formation et le développement de votre société dans les meilleures conditions.

Quelles sont les démarches pour créer une entreprise ?

Étape #1 : Définir et élaborer votre projet

Tout commence par-là : trouver la bonne idée. Cette formalité est probablement la plus complexe, tant l’univers entrepreneurial est vaste. Un projet, c’est avant tout une idée. Pour structurer vos pensées, voici une liste de points à éclaircir :

  • Dans quel secteur d’activité souhaitez-vous entreprendre ? Quels sont les besoins des consommateurs dans ce secteur ?
  • Quels types de produits / services souhaitez-vous vendre ?
  • Souhaitez-vous vendre vos produits / services à des particuliers (BtoC) ou à des entreprises (BtoB) ?
  • Dans quelle zone géographique souhaitez-vous distribuer vos produits / services ?
  • Souhaitez-vous créer une entreprise seul(e) ou à plusieurs ? Faut-il opter pour une auto-entreprise, entreprise individuelle, ou une société ?
  • Comment souhaitez-vous financer votre projet ?

Une fois votre projet défini, il convient de vérifier que celui-ci répond à un besoin concret de la part des consommateurs.

Votre idée doit impérativement avoir des débouchés potentiels suffisants afin de rencontrer le succès escompté. Pour cela, il est nécessaire de réaliser une étude de marché permettant d’analyser :

  • La taille, les principales tendances, les facteurs de croissance du marché cible
  • L’environnement concurrentiel de la société afin de trouver les meilleurs facteurs de différenciation
  • Le niveau de la demande potentielle pour acquérir vos produits ou consommer vos services

L’étude de marché permet ensuite au dirigeant d'entreprise de construire un business plan solide contenant les états financiers prévisionnels de la société (bilan, compte de résultat prévisionnels).

Élaborer un business plan permet de déterminer l’équilibre financier de l’entreprise entre les coûts (matériels, salaires, loyers, etc.) et les recettes (vente de produits, prestations de service, etc.). Aussi, un business plan solide vous aidera à identifier les clés de réussite de votre idée, et mettre en évidence ses points forts et faiblesses en les confrontant au marché.

Il sera ensuite essentiel de trouver les financements nécessaires au lancement de la société. Pour financer son projet, un entrepreneur a le choix entre différents types de financements :

  • Un financement interne;
  • Un financement externe;
  • Un financement bancaire;
  • Ou encore un financement gouvernemental.

Le plus souvent, les entrepreneurs utilisent leurs fonds personnels (on parle d’apport personnel issu de leur épargne) ou ont recours à un emprunt bancaire afin de financer la création de leur société. Ils peuvent aussi faire appel à des campagnes de crowdfunding pour récolter des fonds pour la formation de leur entreprise.

Certaines sociétés françaises sont éligibles à des fonds gouvernementaux.

Des financements peuvent être octroyés par la Banque Publique d’Investissement (BPI France). Il est possible d’obtenir des aides financières complémentaires en vous adressant auprès des CCI, de Pôle Emploi, ou de réseaux d’entrepreneurs.

Bon à savoir : Afin de développer votre idée d'entreprise et mettre toutes les chances de votre coté, il est possible de participer à des concours réservés aux start-ups. Ces concours, divers et variés, sont une bonne idée pour vous permettre de gagner des fonds ou encore des programmes d’accélération dans des incubateurs spécialisés à Paris et dans plusieurs métropoles françaises.

Bien plus encore, ces concours sont l'occasion pour un entrepreneur de gagner en visibilité pour son projet d'entreprise et parfois même de béneficier d'un accompagnement personnalisé !

Les créateurs d’entreprises bénéficient de plusieurs aides octroyées par les pouvoirs publics ou des organismes privés pour encourager la croissance de leur projet, spécialement lors de son lancement. L'ARCE, l'ACRE, l'ARE ou encore le NACRE sont autant d'aides et de dispositifs auxquels les entrepreneurs peuvent prétendre pour soutenir la création de leur activité.

Enfin, il est nécessaire de choisir votre statut juridique.

Si vous vous lancez seul, une micro-entreprise, une EURL, une SASU ou une EIRL sont les statuts juridiques les mieux adaptés avec des formalités plus légères. Si vous créez une entreprise à plusieurs, il convient de privilégier le statut SAS ou SARL.

Le choix de votre forme sociale ne se fait pas à la légère, car il détermine à la fois la fiscalité, la responsabilité et la rémunération du dirigeant d'entreprise.

Étape #2 : Réaliser les démarches administratives officielles

Les démarches et formalités administratives de création d’une entreprise dépendent en grande partie de sa forme sociale. Un micro-entrepreneur (ex auto-entrepreneur) bénéficiera par exemple de formalités de création en ligne plus allégées qu'un créateur de société.

Tout d'abord, un dirigeant d'entreprise commence par le choix de l’adresse du siège social de sa société avant la formation de celle-ci.

Il est possible d'opter pour votre propre domicile personnel, bien que cette solution présente des inconvénients majeurs en termes de protection de votre vie privée. Un entrepreneur peut aussi louer un local commercial, malgré qu’il s’agisse d’une solution onéreuse.

Les sociétés de domiciliation proposent un service en ligne permettant à un entrepreneur de bénéficier d’une adresse de siège social prestigieuse, dans des quartiers d’ordinaire inaccessibles à Paris et partout en France.

Bon à savoir : les sociétés de domiciliation comme SeDomicilier offrent un accompagnement sur mesure lors de la création de votre entreprise (quelle que soit votre forme sociale : auto-entreprise -désormais micro-entreprise, SASU, SAS, SARL, EURL, etc.) ainsi que des services complémentaires tels que :

  • un accompagnement juridique par des experts dans toutes les étapes de création, jusqu'à l'immatriculation de votre société et l'obtention de votre K-bis,
  • la gestion de votre courrier professionnel,
  • un standard téléphonique,
  • la réservation de salles de réunion dans un centre d'affaires à Paris et dans chaque grande ville en France pour vos rendez-vous professionnel et recevoir vos clients.

Il convient d’apporter une attention particulière à la rédaction des statuts de l’entreprise. Il est recommandé de faire appel aux services d’un professionnel afin de n’oublier aucune faille dans la rédaction de ses statuts.

Elément essentiel lors de la création de votre entreprise l’apport en capital est obligatoire afin d’obtenir un certificat de dépôts de fonds qui vous permettra dès lors de faire valider le dépôt de vos statuts auprès du Centre de Formalités des Entreprises (CFE).

Si pour la majorité des créateurs d’entreprise, la constitution du Capital doit se faire en numéraire, sachez qu’il existe différents types d’apports caractérisés en trois groupes :

  • Apports en numéraire,
  • Apports en industrie,
  • Apports en nature.

Il vous faudra ensuite déposer votre capital social auprès d’un établissement bancaire.

Il sera bloqué sur un compte séquestre jusqu’à l’immatriculation de l’entreprise, et une attestation de dépôt vous sera remise en contrepartie. Ensuite, publier une annonce dans un journal d’annonces légales agrée de votre département fait partie des formalités essentielles.

Sachez que l’immatriculation au RCS de votre entreprise peut être effectuée auprès de deux organismes principaux :

  • Le Centre de Formalités des Entreprises (CFE)
  • Le greffe du tribunal de commerce

Enfin, il est nécessaire de déposer un dossier officiel de création d’entreprise auprès du greffe du tribunal de commerce. Ce dossier devra être composé du formulaire M0 officiel de création correspondant et des différentes pièces justificatives exigées selon votre statut juridique. Une fois votre dossier complété et finalisé, celui ci sera remis au CFE compétent (CCI, Urssaf, etc.)

Lorsque votre entreprise est  immatriculée, vous recevrez son extrait Kbis. Celui-ci vous permettra de débloquer le capital social et de commencer à exercer une activité.

Étape #3 : Lancer votre activité

La formation et le lancement d’une entreprise répond à deux objectifs :

  • La structurer en interne. Pour cela, il est recommandé d'établir des dashboards structurés et partagés au sein de toute l’équipe. Cela permet d’assigner facilement des tâches et de suivre l’avancement des projets. Aussi, il convient de s’équiper de logiciels de facturation et de comptabilité pour remplir facilement toutes vos obligations administratives et comptables.
  • La faire connaître auprès de vos clients potentiels. Pour cela, il est recommandé de commencer par la création d’une identité visuelle (logo, charte graphique), d’un site web, de comptes sur les réseaux sociaux et de lancer une campagne de presse localement. La priorité consiste ensuite à trouver des débouchés pour vos produits / services en tissant un réseau commercial auprès des clients particuliers (BtoC) ou des professionnels (BtoB) dans votre zone de chalandise.

Le développement de l’entreprise doit aussi s’accompagner de la recherche de nouveaux financements pour investir, en particulier via l’obtention de prêts bancaires.

La recherche de nouveaux associés ou investisseurs en capital (fonds d’investissements, business angels, etc.) répond à une volonté de renforcer les fonds propres de l’entreprise et lui apporter des liquidités indispensables à son développement. Les sociétés peuvent également bénéficier d’aides versées par les pouvoirs publics au moment de leur lancement.

Bon à savoir : Les entrepreneurs peuvent s'informer auprès de la CCI de leur région. En France, les Chambres de commerce et d’industrie (CCI) ont pour rôle d'accompagner et de conseiller les entreprises dans leurs choix et à toutes les étapes de leur développement.

De nombreux dirigeants d’entreprises font le choix d'avoir recours aux conseils de professionnels pour mener à bien leur projet de création d’entreprise et être aidés dans leur affaires et démarches juridiques.

En plus de proposer des adresses de siège social à Paris et dans toute la France, saviez-vous que les sociétés de domiciliation proposent un accompagnement administratif et juridique en ligne destiné à guider les entrepreneurs dans toutes leurs formalités de création et de gestion de leur entreprise ?

Tous vos services sont ensuite disponibles dans un bureau virtuel personnalisé et sécurisé !