Être pigiste freelance nécessite une grande polyvalence et beaucoup de souplesse : en tant qu’indépendant, il se propose de traiter un ou plusieurs sujets pour une rédaction en particulier. Le format, le destinataire, la thématique ou le « moule éditorial » peuvent varier à chaque mission.

Ce métier exige constamment de sortir de sa zone de confort pour rédiger selon les attentes de votre client, en un minimum de temps. A leur propre compte, les journalistes pigistes sont souvent attirés par la possibilité de varier au maximum leurs expériences, et de garder un contrôle total sur leurs missions au quotidien.

Explications.

Devenir journaliste pigiste nécessite des compétences rédactionnelles.

Quelle sont les diplômes ou les formations à suivre pour devenir pigiste ?

La profession de journaliste est encadrée en France, via la délivrance d’une carte de presse. En revanche, il n’est pas obligatoire d’en posséder une pour devenir pigiste.

La Convention collective nationale des journalistes reconnaît 14 établissements en mesure de délivrer une formation reconnue pour devenir pigiste. Dix sont publics (Sciences Po Paris, l’IUT de Lannion, l’IUT de Tours, l’IUT de Nice-Cannes, CUEJ Strasbourg, CELSA Paris, EJCM Marseille, EJDG Grenoble, IFP Paris, IJBA Bordeaux) et quatre sont privés (CFJ Paris, ESJ Lille, IPJ Paris, EJT Toulouse).

Aussi, il est possible de rejoindre certains cursus en journalisme proposés par des universités (en Licence professionnelle ou Master professionnel) ou des écoles spécialisées en communication.

Quelles sont les missions du journaliste pigiste ?

Qu’il s’agisse d’un journal papier, d’une agence de presse, d’un site web, d’une radio ou d’une télévision, il remet des articles contenant un nombre précis de signes, en lien avec un secteur d’activité dont il est expert (économie, relations internationales, questions sociales, politiques, etc.)

Il peut être amené à réaliser des interviews ou à se déplacer en fonction des commandes qui lui sont faites. Reporter ou enquêteur, le pigiste est à l’affût de tous les sujets pouvant être traité dans son champ de compétences.

Au cours d’une mission, sa mission consiste à collecter des informations, vérifier leur véracité, définir un angle de traitement, rédiger le contenu écrit, ajouter du contenu complémentaire (images, sons, vidéos, etc.), et mettre en ligne son contenu.

Il doit toujours veiller à respecter le style éditorial de son client ainsi que le nombre de signes prédéfinis lors de la commande.

Comment choisir son statut juridique ?

Nous vous recommandons de faire votre choix parmi les statuts juridiques suivants :

  • L’EIRL (Entreprise individuelle à responsabilité limitée). Comme son nom l’indique, l’entrepreneur n’est responsable qu’à la hauteur du montant de ses apports en capital au sein de l’entreprise. Son patrimoine personnel est protégé en cas de mauvaises affaires, et ne peut être utilisé pour recouvrer une éventuelle créance.
  • L’EURL (Entreprise universelle à responsabilité limitée). Elle cumule le même avantage que l’EIRL, mais son dirigeant est considéré comme travailleur indépendant. Il bénéficie d’un régime de protection sociale spécifique, moins performant que celui des salariés.
  • La SASU (Société par actions simplifiée unipersonnelle) est particulièrement souple. Son fonctionnement quotidien est fixé dans les statuts. Le Président de la SASU est rattaché au régime général de la sécurité sociale.
  • Le statut micro-entrepreneur est particulièrement simple à créer, à gérer et à dissoudre. Vos cotisations sociales sont calculées sur la base du chiffre d’affaires brut réalisé. Ce dernier est plafonné à 176 200€ pour les activités d’achat-revente et 72 500€ s’il s’agit de prestations de service.

Quels sont les tarifs moyens facturés au client ?

Le pigiste est rémunéré à la mission. Le montant de sa rémunération varie selon son expérience et le degré de complexité de la mission.

Le prix moyen d’un feuillet dans la presse se situe aux alentours de 65€. Ainsi, le salaire brut mensuel d’un pigiste débutant se situe aux alentours de 1 900€.

En général, les pigistes les plus appréciés intègrent une rédaction à moyen terme, et poursuivent leur spécialisation dans un domaine précis. Cela dépend en grande partie de la confiance des rédactions mise dans le jeune pigiste.

Or, il existe un moyen concret pour susciter plus facilement la confiance des rédactions, et de toutes vos parties prenantes : afficher une adresse de siège social valorisante. Pour se faire, rien de mieux que le recours à une société de domiciliation pour votre entreprise ! Vous pourrez :

  • Bénéficier d’une adresse prestigieuse située dans les meilleurs arrondissements de Paris ou des principales métropoles françaises. Cela protège également votre vie privée en n’affichant pas publiquement l’adresse de votre logement personnel en guise de siège social.
  • Alléger considérablement votre quotidien en bénéficiant d’un secrétariat téléphonique, de la gestion quotidienne de votre courrier, d’une assistance administrative et juridique, de la location de salles de réunion, etc.
  • Réduire votre imposition en choisissant stratégiquement une commune faiblement imposée à la CFE (Contribution Foncière des Entreprises) pour y implanter votre siège social.

Grâce à SeDomicilier, obtenez votre attestation de domiciliation en moins de 5 minutes, au cours d’un processus 100% en ligne. Il s’agit véritablement de l’alternative idéale au choix de votre domicile personnel ou à la location d’un local professionnel. En plus, tous vos services sont ensuite disponibles dans un bureau virtuel personnalisé et sécurisé !