Vous souhaitez vous lancer dans l’aventure entrepreneuriale ? Deux possibilités s’offrent à vous : la création et la reprise d’entreprise.

À noter que ces deux procédés sont très différents et revêtent tous deux des avantages mais aussi des inconvénients qu’il s’agit de prendre en considération.

En 2017, 591 000 entreprises ont été créées et près de 60 000 entreprises ont été reprises

Afin de choisir quelle action semble la plus appropriée à votre projet, focus aujourd’hui sur la création et la reprise d’entreprises !

Dossier : créer ou reprendre une entreprise

Les avantages de la création d’entreprise

Le premier avantage relatif à la création de son propre projet entrepreneurial, réside dans le fait que cela nécessite en général moins d’argent à investir à l’origine du projet, par rapport à un rachat.

Créer une entreprise de toute pièce permet d’avoir une vraie liberté quant à sa forme juridique, son fonctionnement et autre stratégie de développement

Ensuite, la création d’une société à partir de rien, permet de véritablement se former à son métier et à son secteur, et donc de démarrer progressivement.

Alors même que la reprise d’une société peut se voir impacter par le départ de l’ancien dirigeant (perte de clients…), ce n’est bien sûr pas le cas pour une nouvelle entreprise.

Les avantages de la reprise d’entreprise

Avant tout, il faut rappeler que la reprise d’une structure permet de se lancer dans une activité qui est déjà en fonctionnement : cela offre un véritable gain de temps puisque l’entreprise dispose déjà bien souvent de partenaires commerciaux, de clients, de personnel, d’une image de marque mais aussi d’outils de production, ce qui n’est évidemment pas le cas lors de la création d’une entreprise.

La reprise d’une entreprise qui tourne déjà, c’est aussi l’opportunité pour l’entrepreneur de pouvoir bien souvent se rémunérer tout de suite, alors qu’un projet de création nécessite bien souvent de disposer de moyens conséquents pour pallier à une absence de rémunération au lancement de l'activité.

Pour finir, la reprise d’entreprise c’est la possibilité de pouvoir se lancer dans certains secteurs dans lesquels il semble aujourd’hui très difficile de faire sa place

Les aides octroyées pour la reprise et la création

Les aides d’accompagnement

Tout d’abord, il existe un certain nombre d’aides d’accompagnement pour les créateurs et les repreneurs de structures.

À ce titre on peut citer :

Les aides fiscales

Il est également possible de bénéficier d’exonérations fiscales.

Certaines aides disponibles ne s’adressent quaux nouvelles entreprises qui viendraient s’installer dans des zones spécifiques : les zones d’Aide à Finalité Régionale ou AFR, les Zone de Revitalisation Rurale ou ZRR par exemple.

Il est possible également pour les nouvelles entreprises de bénéficier de remises sur la Cotisation Foncière des Entreprises ou de se voir attribuer une exonération forfaitaire durant les 3 premières années d’activité de l’entreprise.

En ce qui concerne toutes les entreprises, nouvelles ou reprises, d’autres allégements fiscaux existent notamment pour les Jeunes Entreprises Innovantes dont les dépenses Recherche et Développement représentent au moins 15% de leurs dépenses.

Ces aides fiscales peuvent également s’adresser aux dirigeants et autres associés de la structure. Ainsi, il est possible pour ces derniers d’obtenir des réductions fiscales liées à la constitution ou à l’augmentation du capital de leur entreprise. Ils peuvent également profiter d’une réduction de l’ISF s’ils souscrivent au capital d’une PME.

Les aides financières

Il est enfin possible pour les créateurs et autres repreneurs d’entreprises de disposer d’aides financières.

Ces dernières sont de plusieurs types :

  • Des primes : de nombreuses primes sont en effet à la disposition des créateurs et repreneurs d’entreprises comme la prime d’aménagement du territoire, les aides d’OSEO pour les projets innovants, la prime d’orientation agricole, l’aide à la création d’entreprise pour les personnes handicapées, la Prime Régionale à la Création d’Entreprise ou PRCE, la Prime Régionale à l’Emploi ou PRE.
  • Des prêts : des prêts d’argent sont également accessibles aux entrepreneurs. On pourra citer le Prêt à la Création d’Entreprise fournie par l’OSEO, le Prêt NACRE, les crédits solidaires ou encore les Prêts d’Honneur permettant de financer les besoins durables d’une entreprise.
  • Garantie de prêt ou Prise de participation :  Il est enfin possible d’avoir recours à des prises de participations ou autres garanties de prêt.

En conclusion, le choix entre la création d’une entreprise ou la reprise d’une structure existante, dépend uniquement de la vision de l’entrepreneur et de ce qu’il recherche !