démissionner pour créer son entreprise

La démission pour création d’entreprise : ce qu’il faut retenir

Votre statut de salarié est-il une sécurité ? C’est vrai, il constitue un revenu fixe et régulier. Mais, au fond, le travail devient une routine et il n’y a que la pension de retraite au bout du chemin. C’est pour cela qu’au fil des années beaucoup de salariés aimeraient se diriger vers plus d’inconnu, pour jouir d’une plus grande indépendance et goûter à la liberté financière.
La création d'entreprise
Temps de lecture: 11min
SeDomicilier, leader de la domiciliation en France
Estimer votre projet

Ressentir une gêne dans la routine quotidienne d’une vie bien rangée n’est pas anormal. Le psychanalyste Erich Fromm notait dans son ouvrage La pathologie de la normalité, que nos sociétés aux vies bien réglées engendraient des maladies mentales et des suicides. Ce que confirme un rapport de l’OCDE, notamment de par nos consommations de drogues.

Si vous aussi vous avez un Bullshit Jobs, au sens qu’en a donné le sociologue David Graeber dans son livre éponyme, c’est-à-dire un métier qui ne sert strictement à rien ou à très peu de chose, il est peut-être grand temps de claquer la porte et de vivre de vos propres ailes, avant de sombrer dans une addiction ou dans une dépression. 

Nous allons voir ensemble les étapes vous permettant de démissionner de votre emploi et de créer votre propre entreprise, en passant par l’obtention de l’allocation chômage, jusqu’aux aides auxquelles vous pouvez prétendre et sous quelles conditions.

Vous souhaitez devenir entrepreneur ? C’est ce que nous vous expliquons ici.

démissionner pour créer son entreprise

Est-il possible de démissionner pour créer une entreprise ?

Oui. Évidemment, il est possible de démissionner pour créer sa propre entreprise. Rien que se poser la question dénote déjà le fait que cette décision semble antinomique avec la manière dont notre société nous a habitué à considérer le travail comme un salariat.

Toutefois, avant de quitter son emploi bille en tête, vous devez prendre en compte quelques éléments essentiels : 

  • Les limites de votre projet,
  • Le délai de préavis,
  • Vos droits aux allocations chômage.

Un travail, ça ne se quitte pas du jour au lendemain en imaginant que l’on a trouvé l’idée de business idéale. Même si, pour bien réussir son plan A, il ne faut peut-être pas avoir de plan B, le mieux est tout de même de bien évaluer la viabilité du plan A. 

Pour cela, il y a des étapes à respecter : 

  • Évaluer la faisabilité de votre projet, 
  • Évaluer sa viabilité, 
  • Trouver des financements, donc rédiger un business plan,
  • Penser une stratégie commerciale,
  • Sélectionner vos canaux de communication,
  • Trouver votre comptable ou votre expert-comptable,

Développons quelque peu ces étapes pour que vous puissiez utiliser notre article comme un premier guide vous permettant de ne pas oublier les éléments les plus importants. 

1. Bien évaluer son nouveau projet professionnel

L’évaluation d’un projet professionnel repose sur un élément fondamental : faire abstraction aux affects. Cela signifie que les seules données qui doivent guider votre décision quant à vous lancer ou non dans tel projet, ou tel autre, doivent être purement factuelles. 

Autrement dit, si vous commencez à envisager les situations auxquelles vous allez faire face et à analyser les données que vous trouverez, sous l’angle de ce que pensent les autres de votre idée, vous allez vous arrêter avant même d’avoir commencé.

La raison est simple : quasiment tout le monde va vous dire que votre idée ne va pas marcher. 

2. Évaluer la santé de vos concurrents

Pour évaluer la faisabilité de votre projet, il vous faut commencer par accumuler des données sur vos concurrents. Évaluer leur santé vous permettra en quelque sorte de sonder le marché, afin de savoir si ce dernier est porteur. 

Pour ce faire, après avoir dressé une liste d’une dizaine de concurrents, de la grande entreprise à la petite SARL, rendez-vous sur le site infogreffe, et entrez-y leur nom. 

Soit vous obtiendrez le chiffre d’affaires déclaré par année, ainsi que le résultat et les effectifs, soit vous pourrez commander les actes pour une somme d’un peu plus de 8 euros par document. 

3. Connaître vos futurs partenaires, et les coûts

Au-delà de vos concurrents, il est indispensable que vous identifiez vos fournisseurs, et tout autre acteur nécessaire à la production de votre produit ou à la création de votre service. Il vous faudra connaître les coûts des éléments qu’ils devront vous livrer, ou des prestations qu’ils devront réaliser.

L’analyse des tendances du marché des matières premières dont dépendent vos produits ou vos services est également à prendre en considération. Est-il particulièrement fluctuant ? Existe-t-il une saisonnalité. Toutes ces informations sont autant d’éléments qui vous permettront de mieux vous projeter. 

4. Du business plan aux canaux de communication

L’ensemble des informations récoltées sur vos concurrents vous permettra d’accéder à vos clients potentiels. Comment ? En suivant ces sociétés sur les réseaux sociaux qu’elles exploitent. 

L’erreur à ne pas commettre ici est de se lancer sur un maximum de réseaux. 

Déterminez votre clientèle cible et en fonction de ses caractéristiques socio-économiques privilégiez au début un seul canal de communication, voire deux au maximum. 

La raison ? Mieux vaut en maîtriser un ou deux à fond et bien les exploiter que s’éparpiller sur plusieurs canaux et n’en exploiter aucun correctement. 

Sauf à disposer d’une équipe marketing à temps plein, dédiée à la gestion de votre communication, vous ne serez pas crédible face à des investisseurs en leur expliquant que vous serez actif partout. 

La communication est un domaine chronophage et la maîtrise d’un canal n’est assurée que par la pratique. 

Une fois glané l’ensemble de ces données, vous serez en mesure de monter un business plan crédible aux yeux des investisseurs. La levée de fonds sera alors possible, en plus peut-être de votre allocation chômage. 

Comment bénéficier de l’allocation chômage après une démission ? 

Le principe est rappelé par Pôle Emploi : un salarié démissionnaire n’est pas en droit d’être indemnisé. Toutefois, les démissions déposées afin de mener à bien une reconversion professionnelle ouvrent droit à indemnisation. 

Or, ouvrir une entreprise caractérise parfaitement la notion de reconversion professionnelle. Cette possibilité, qui vous est offerte depuis le 1er novembre 2019, est néanmoins conditionnée à un projet réel et sérieux. Autrement dit, le fameux business plan comprenant l’étude de marché et tout ce qui s'ensuit, va vous être particulièrement utile ici. 

D’autant plus que vous devez respecter trois étapes : 

  1. Demander un conseil en évolution professionnelle.
  2. Se voir délivrer une attestation du caractère réel et sérieux du projet que vous poursuivez.
  3. Respecter le délai de 6 mois de dépôt du dossier. 

Avant de les voir un peu plus en détail, sachez que vous devez avoir travaillé au moins 5 ans en continu (hors période de disponibilité, congé sabbatique ou congé sans solde) et en CDI de droit privé, pour pouvoir prétendre à une allocation. 

1. Qu’est-ce que le conseil en évolution professionnelle ? 

Les conseils en évolution professionnelle se prennent auprès de structures bien précises. Les cadres devront prendre contact avec l’APEC, tandis que les personnes en situation de handicap devront se rapprocher de CAP Emploi

Pour les autres, c’est l’organisme France Compétences qui liste les personnes compétentes pour chaque région.

2. Attestation du caractère réel et sérieux de votre projet

C’est ici qu’il faut convaincre, avec un business plan précis et bien organisé. Convaincre qui ? La commission paritaire interprofessionnelle régionale, également connue sous le nom de « Transition Pro ».

Pour convaincre votre auditoire, un projet de création d’entreprise est tout indiqué. Ce sera alors à vous de démontrer que votre projet est financièrement viable

3. Un délai de 6 mois pour déposer la demande d’allocation

Une fois votre démission donnée à votre employeur, vous disposez de 12 mois pour procéder à votre inscription à Pôle-emploi. 

C’est ici qu’il faut que vous soyez particulièrement attentif. Le délai de 6 mois suivant l’obtention de l’attestation du caractère réel et sérieux de votre création d’entreprise, ne prolonge pas le délai de 12 mois. Il ne faut donc pas perdre de temps. 

Pour être sûr que vous êtes bien éligible à pouvoir bénéficier d’une indemnisation, rendez-vous sur le site demission-reconversion.gouv.fr, et faites le test. 

Si vous ne remplissez pas l’ensemble des conditions requises, rien n’est perdu. Il existe de nombreuses aides

Les aides financières à la création d’entreprise

Des aides sociales existent pour vous aider à créer votre entreprise. Il en existe trois : 

  • L’ARE (aide au retour à l’emploi).
  • L’ARCE (aide à la reprise ou à la création d’entreprise), 
  • L’ACRE (aide à la création ou à la reprise d’entreprise), 

1. L’ARE peut vous être octroyée à partir du moment où vous ne percevez pas déjà l’ARCE. 

Cette aide dépend de votre âge, de la date de votre inscription à Pôle emploi, ainsi que des revenus que vous percevez. Pour la toucher, il vous suffit alors d’être inscrit auprès de Pôle-emploi. 

2. L’ARCE correspond au versement d’allocations de chômage qui vous sont versées sous la forme de capitaux. 

Cette aide est soumise à déclaration auprès de Pôle emploi. Elle sous-entend également que vous avez déjà créé votre entreprise. 

3. L’ACRE est une aide qui correspond à une exonération partielle des charges sociales de votre entreprise.

Il vous faut être demandeur d’emploi pour en bénéficier et être éligible à une indemnisation de la part de Pôle emploi. Autrement, il vous faut être inscrit à pôle emploi depuis plus de six mois. 

Vous comprenez que ces aides sociales restent particulièrement encadrées. Si vous ne pouvez pas en bénéficier, ce n’est pas le moment de baisser les bras. 

L’entrepreneuriat est une activité qui consiste principalement à savoir régler des problèmes et à surmonter des difficultés. Celles-ci ne seront ni les premières, ni les dernières. Votre métier sera de trouver des solutions à chacune d’entre elles.

Rédigé par notre expert Cyril SCHWASTIAK
le 21 juin 2022

Comment toucher le chômage en créant une entreprise ?

Voici les différentes étapes à suivre :

  • 1. Il faut respecter certaines conditions, notamment celles d’avoir quitté un CDI

    En ayant travaillé 5 ans de manière continue.

  • 2. Ensuite, vous devrez contacter un conseil en évolution professionnelle

    Avant de passer devant une commission paritaire interprofessionnelle régionale qui statuera sur le caractère réel et sérieux de votre projet professionnel.

  • 3. Si vous passez toutes ces étapes, un délai de six mois vous sera octroyé pour déposer votre dossier

    À condition de vous trouver dans le délai de 12 mois permettant votre inscription à Pôle emploi suivant votre démission.

1 sur 3
 Retourner à l'accueil

Questions fréquentes

Puis-je créer une entreprise en étant salarié ?
Picto croix
Oui, à condition de veiller à ne pas violer une clause de non-concurrence ou, en tant que fonctionnaire, à respecter des règles précises imposées par l’administration.
Quels sont les différents modes de rupture de contrat ?
Picto croix
Il en existe sept : la rupture conventionnelle; le licenciement; la démission; la résiliation judiciaire; la mise à la retraite ou le départ; la force majeure; la rupture.
Puis-je toucher le chômage si je crée mon entreprise ?
Picto croix
Oui, vous pouvez toucher le chômage si vous créez votre entreprise, y compris si vous démissionnez de votre emploi. Il faudra toutefois que vous répondiez à des conditions strictes.

Nos adresses de domiciliation à Paris

Paris une ville dynamique ayant un impact positif sur votre entreprise
Paris 8 - Boétie
128 Rue La Boétie, 75008 Paris
À partir de
24,00 €/mois
Voir
La domiciliation de votre entreprise sur les Champs-Élysées
Paris 8 - Champs-Élysées
66 Avenue des Champs-Élysées, 75008 Paris
À partir de
29,00 €/mois
Voir
Votre siège social dans le plus beau quartier de Paris.
Paris 1 - Saint-Honoré
229 rue Saint-Honoré, 75001 Paris
À partir de
24,00 €/mois
Voir