Auto-entrepreneurs/micro-entrepreneurs : une hausse des inscrits prévue en 2018

Par Paul LASBARRERES-CANDAU - 11/06/2018

Les auto-entrepreneurs / micro-entrepreneurs sont de plus en plus nombreux en raison des nombreux avantages et facilités procurés par ce statut, notamment pour créer, gérer et dissoudre leur activité. Les récentes améliorations favorisent encore l’attractivité de ce statut !

« Auto-entrepreneur », voilà un statut dont nous entendons très régulièrement parler. En réalité, il s’agit plutôt d’un régime, officiellement appelé « régime micro-social simplifié », qui octroie à ses membres d’importantes facilités administratives, fiscales et juridiques.

En effet, les mesures de création, de gestion et de cessation de l’entreprise sont largement facilitées au quotidien.

Il n’est pas rare de croiser également le terme de « micro-entreprise », ou « micro-entrepreneur ». Il s’agit pourtant de deux sujets différents. En créant son activité, l’auto-entrepreneur adhère au régime de la micro-entreprise mais bénéficie en plus de mesures spécifiques. Concrètement, il s’agit d’une déclinaison simplifiée du régime de la micro-entreprise.

Le régime d’auto-entrepreneur a été créé en 2008 des voeux de Nicolas Sarkozy pour simplifier le quotidien des travailleurs indépendants, exerçant leur activité à titre principal ou complémentaire.

Justement, sa flexibilité lui a permis de rencontrer un franc succès auprès des français.

En 2011, ils n’étaient que 700 000 contre plus d’un million au début de l’année 2017.

Le régime se stabilise et gagne en crédibilité au fil des années.

Emmanuel Macron a confirmé à plusieurs reprises son soutien aux travailleurs indépendants et souhaite consolider la pérennité du régime.

Plusieurs mesures de soutien en leur faveur ont donc été annoncées dans ce sens au début d’année 2018, laissant entrevoir une hausse potentielle des inscrits

Sommaire :

1. Des contraintes fiscales et comptables allégées

2. Une déclaration du chiffre d’affaires simplifiée

3. Des aides spécifiques aux auto-entrepreneurs et plus incitatives

Dossier : hausse des inscrits concernant le statut d'auto-entrepreneur en 2018

Des contraintes fiscales et comptables allégées 

La première bonne nouvelle est la diminution du taux de cotisation de 0,7% pour les prestations de services et de 0,3% pour les activités de ventes. Les auto-entrepreneurs bénéficiant de l’ACCRE (l’Aide aux Chômeurs Créateurs ou Repreneurs d’Entreprise) bénéficieront en conséquence des mêmes ajustements à la baisse.

Les taux de cotisations sociales exacts à s’acquitter sont de :

  • 12,8 % pour les activités d'achat/revente de marchandises, vente de denrées à consommer sur place et prestations d'hébergement
  • 22 % pour les prestations de services artisanales et commerciales
  • 22 % pour les professions libérales

L’abattement forfaitaire servant à définir le bénéfice imposable est également modifié selon les barèmes suivants :

  • 71 % du chiffre d’affaires pour les activités d'achat-revente ou de fourniture de logement
  • 34 % du chiffre d’affaires pour les BNC
  • 50 % du chiffre d’affaires pour les autres activités relevant des BIC

Le montant maximum permettant de bénéficier du prélèvement libératoire de l’impôt a été augmenté. Il permet de régler vos cotisations sociales et votre impôt sur le revenu en même temps, seulement si votre revenu fiscal en 2016 est inférieur à 26 818 € par part.

L’arrivée du prélèvement à la source en 2019 interviendra pour les auto-entrepreneurs sous la forme d’acomptes qui seront calculés par l’administration sur la base des informations fournies lors des précédentes déclarations.

Certains auto-entrepreneurs pourront bénéficier du statut plus longtemps, grâce au doublement du plafond du chiffre d’affaires autorisé

Il est désormais porté à 170 000 € pour la vente de marchandises et 70 000 € pour les prestations de services.

Une déclaration du chiffre d’affaires simplifiée

Dorénavant, une plus grande part des auto-entrepreneurs devront déclarer leur chiffre d’affaires en ligne.

L’ancien envoi de la déclaration par courrier postal sera banni. Le seuil de chiffre d’affaires au delà duquel cette procédure est obligatoire a été abaissé à 20 700 € pour les activités commerciales et à 8 275 € pour les prestations de services et les activités libérales.

Plus de 3 auto-entrepreneurs sur 4 déclarent qu’ils n’auraient pas crée d’entreprise si ce régime n’avait pas existé

Des aides spécifiques et plus incitatives

Des aides dont peuvent bénéficier les auto-entrepreneurs ont fait l’objet de coups de pouce cette année, et en particulier la prime d’activité qui a été augmentée.

Elle sera rehaussée d’un montant variable entre 20 € et 80 € dès le mois d’octobre 2018

Aussi, toutes les entreprises réalisant moins de 5000€ de chiffre d’affaires annuel se verront intégralement exonérées de CFE (Contribution Foncière des Entreprises) à partir du 1er janvier 2019.

Les récentes mesures annoncées par le gouvernement renforcent à nouveau l’attractivité de ce statut, conformément aux promesses de campagne de l’actuel Président de la République.

C’est la raison pour laquelle une nouvelle hausse des inscrits est attendue au long de l’année 2018, et devrait même se renforcer dans les années futures avec l’exonération de la CFE pour une partie d’entre elles.

Domiciliez votre micro-entreprise en ligne en moins de 5 minutes !
Je me domicilie