devenir growth hacker

Comment devenir growth hacker : le guide

Le growth hacker est un acteur nouvellement arrivé dans l’univers du marketing. Très peu orienté sur le développement de l’image de marque d’une entreprise, le growth hacking répond au besoin des start-up de tester un marché et de générer très rapidement des revenus.
La création d'entreprise
Temps de lecture: 7min
Domiciliation + création d’entreprise
Kbis rapide et 100% en ligne
Créer mon entreprise

Qu'est qu'un Growth Hacker ?

Commençons par ce qu’il n’est pas : le growth hacker n’est pas un hacker au sens informatique du terme. Son but n’est pas de trouver des vulnérabilités sur un réseau ou dans un logiciel informatique.

Le growth hacker est avant tout un marketer, c’est-à-dire un individu capable de booster la croissance de la société pour laquelle il travaille. Comment ? En utilisant tous les canaux du marketing, et toutes les techniques pour générer :

  • Du trafic
  • Des leads
  • Des clients
  • De la croissance

Son objectif se résume à trouver des clients qualifiés qui vont pouvoir passer dans le pipeline des vendeurs. Dit plus simplement, il cherche à amener des clients intéressés par les services ou les produits de l’entreprise jusqu’à un vendeur.

Alors, pourquoi le terme de Growth Hacking ? Parce que tout cela, il le fait avec les outils numériques, en cherchant les clients sur les réseaux sociaux, les forums, les moteurs de recherche, etc.

Un bon growth hacker parvient à trouver les clients, où qu’ils soient en ligne, à prendre contact avec eux et à les convertir.

Quels diplômes pour devenir growth hacker ?

Aucun. Le growth hacker n’est pas un diplômé d’une prestigieuse université. C’est là où il rejoint le concept de base du hacking : c’est un bidouilleur. Dit comme ça, c’est tout de suite moins glamour que la version anglaise “hacker”.

Il cherche ce qui fonctionne pour générer des leads. Tout ce qui fonctionne. Le growth hacker peut, ou non, exercer son activité avec éthique. Tout dépend des volontés de son client. S’il faut en passer par des techniques à la limite de la légalité, voire totalement obscures, le growth hacker peut répondre présent.

Quelles sont les missions d’un growth hacker ?

C’est là que le principal problème se pose pour ceux qui aspirent à ce métier : le growth hacker doit savoir littéralement tout faire. Qui dit “hacker” ou “bidouilleur”, dit également “touche-à-tout”.

Pour booster la croissance d’une entreprise de manière exponentielle (c’est ce que promet le growth hacking), il faut avoir une vue d’ensemble de la présence de cette société en ligne.

Le growth hacker doit avoir une profonde compréhension du fonctionnement des algorithmes des moteurs de recherche, des plateformes de réseaux sociaux, des campagnes publicitaires, etc. tout en sachant coder avec, au moins, les langages de programmation du front-end (HTML, CSS, Javascript).

Tour d’horizon de ses missions, pour bien comprendre ce qu’il doit maîtriser.

Growth hacking et SEO

Le but d’un growth hacker n’est pas, en premier lieu, de régler les problèmes de SEO du site internet de l’entreprise pour laquelle il travaille. Toutefois, s’il peut faire d’une pierre deux coups en amenant des clients sur la landing page (page d'atterrissage) d’un site à fort potentiel de référencement, c’est mieux.

Par conséquent, le growth hacker doit être en mesure d’analyser le site de son client, de trouver les problèmes à corriger, puis de prendre les mesures qui s’imposent pour y appliquer les correctifs. Tout cela, évidemment, sans faire cracher le site.

Parce que le growth hacker est là pour faire gagner de l’argent rapidement à son client, pas pour lui en faire perdre. D’où la nécessaire maîtrise des langages de programmation, et aussi des CMS sur lesquels ces sites sont généralement adossés (Wordpress, Drupal, Joomla, eZ Publish, SPIP, etc.).

Growth hacking et collecte de données

Toute campagne marketing commence par une collecte de données. Qu’il s’agisse de liste e-mail, de liste de comptes sur les réseaux sociaux, ou de tendance sur laquelle faire surfer une campagne publicitaire, le growth hacker comprend le monde du data mining.

Pour ce faire, le growth hacker doit être en mesure d’automatiser de nombreuses tâches marketing, afin de collecter le plus d’informations possibles. Pourquoi ? Parce que ce qui peut être inutile dans une campagne publicitaire peut être déterminant dans une autre.

Analyse de trafic

Pour mener des campagnes marketing rentables, le growth hacker doit savoir utiliser les outils d’analyse de trafic comme la Google Search Console, Google Analytics, ou le Google Data Studio.

Cette compréhension de l’origine du trafic lui permet d’éliminer les stratégies marketing inefficaces et, à l’inverse, de développer celles qui fonctionnent vraiment.

Growth hacking et canaux marketing

Le growth hacker doit impérativement connaître, et savoir utiliser les canaux marketing :

  • L’emailing
  • La publicité en ligne (également appelée Display)
  • Le démarchage des utilisateurs de réseaux sociaux
  • Le sponsoring
  • etc.

À l’exception notable du marketing de contenu. Encore une fois, le growth hacker n’est pas là pour construire une marque, en créant un contenu durable et de qualité. Son but est de trouver des leads rapidement.

Il ne faut donc pas confondre le growth hacking avec le growth marketing, qui vise à développer une image de marque sur le long terme.

La publicité en ligne

Une fois que le growth hacker a réuni une masse d’informations suffisantes, il est en mesure de réaliser des campagnes publicitaires ciblées, via Facebook Ads, Google Ads ou encore LinkedIn ads.

C’est ici que l’analyse du trafic lui permet de mener, par exemple, des campagnes de retargeting pour tenter de convertir des utilisateurs qui n’ont pas mordu à l’hameçon dès la première publicité qui leur a été présentée.

Quelles sont les compétences d’un growth hacker ?

Après avoir vu les missions du growth hacker, on constate sans mal que ses compétences entrent dans une liste non-exhaustive, qui inclut :

  • La programmation informatique
  • Le SEO
  • Le data mining
  • Le marketing digital
  • La maîtrise des réseaux sociaux
  • Le management
  • Etc.

Le point du management est important, car le growth hacker ne peut pas tout réaliser seul. Planifier une campagne publicitaire est important, mais lui trouver un contenu l’est encore plus. S’il peut parfois s’appuyer sur les salariés de son client, le growth hacker peut aussi être livré à lui-même. Il devra donc savoir s’entourer de freelancers, ou d’une équipe qu’il montera à l’intérieur de sa propre start-up.

Quel est le salaire d'un growth marketer ?

  • Débutant : 35 000€ brut annuel
  • Senior : 40 000€ à 50 000€ brut annuel
  • Expert : 65 000€ brut annuel

Le growth marketing peut aussi être réalisé en freelance. Pour cette catégorie de travailleurs individuels, les revenus ne sont pas connus.

Quelles sont les perspectives de carrière pour un growth marketer ?

Un growth hacker peut aisément devenir :

  • Chef de service marketing
  • Responsable acquisition
  • Manager relations clients
  • etc.

Il est en capacité d’évoluer sur l’ensemble des postes se trouvant sur la chaîne marketing.

Rédigé par notre expert Cyril SCHWASTIAK
le 18 octobre 2022

Quels sont les 3 piliers du growth hacking ?

  • Segmentation et test

    1. Segmentation et test

    Afin de déterminer le profil d'utilisateurs que vous devrez cibler, il faut effectuer plusieurs tests à partir de canaux différents.

  • Tracking

    2. Tracking

    Le tracking vous aidera à mesurer le bon fonctionnement des canaux utilisés lors des tests. Il est indispensable afin de pouvoir décider de garder ou non les canaux utilisés.

  • Optimisation

    3. Optimisation

    Le tracking permet également de vous orienter vers de nouveaux axes d'amélioration afin d'optimiser les résultats.

  • Saturation

    4. Saturation

    Les canaux testés et approuvés peuvent être utilisés jusqu'à saturation. Pensez à toujours innover et à effectuer de nouveaux tests afin de toujours avoir à portée de main des leviers fonctionnels.

1 sur 4
 Retourner à l'accueil

Questions fréquentes

Quelles sont les qualités d’un bon growth hacker ?
Picto croix
Grande curiosité, maîtrise des outils numériques, programmation, adaptation, management de projet, organisation, polyvalence.
Combien un growth hacker est-il rémunéré ?
Picto croix
Un growth hacker gagne en moyenne 45 000€ brut par an.
Quel diplôme pour devenir growth hacker ?
Picto croix
Aucun. Le growth hacking est un métier pluridisciplinaire, nouvellement arrivé sur le marché de l’emploi, qui demande des connaissances techniques qui s’apprennent sur le tas.

Articles similaires